Accueil    
Accueil   Coupes végétales
 
accueilhistologieBase microDivers



  Accueil



  Retour histologie

 °  Equisetum arvense
 °  Orchis simia
 °  Tulipa sp
 °  Pinus nigra
 °  Ricinus communis
 °  Pyrus sp
 °  Thymus vulgaris
 °  Solanum tuberosum 2
 °  Solanum tuberosum 1
 °  Nymphaea alba
 °  Asparagus officinalis
 °  Viscum album 2
 °  Viscum album 1
 
RetourRetour Histologie végétale

Orchis simia ou Orchis singe
Pollinies et pollen

 

Orchis simia (ou orchis singe) est une jolie petite orchidée (Orchidacées) des prairies sèches.
Elle ressemble à Orchis militaris mais s'en distingue par les deux lobes du lobe médian du labelle qui sont aussi étroits que les lobes latéraux.
D'autre part la floraison commence par le haut de l'inflorescence alors qu'elle débute par le bas chez Orchis militaris.
Mon spécimen mesure une quinzaine de cm de haut.
Lorsque l’on voit la fleur de face, elle ressemble vraiment à un petit singe (ou un bonhomme) d’où son nom.

Le vallon de l’Allondon (campagne Genevoise) en possède un assez grand nombre (parmi une vingtaine d’autres espèces d’orchidées)

 

 

 

J’ai prélevé délicatement une seule fleur.
Drôle de petit bonhomme !

Photo 3

Passons à la dissection (sous la loupe bino) :
Ici j’ai coupé le casque de la fleur pour accéder aux pollinies.
Ensuite une simple touche avec une aiguille déchire immédiatement l’anthère et dévoile ici une (des deux) pollinie.
Il faut ensuite la retirer très précautionneusement, celle-ci est minuscule !

Photo 4
Important, de la mousse (bave) s’est développé entre les deux pièces (haut de la photo)
Ces dernières sont en réalité bien séparées sur le haut !
(je m’en suis rendu compte trop tard pour l’enlever)
L'échelle est approximative

 

Planche 5 (tirée du lien ci-dessous)
Morphologie des organes sexuels (orchidées)
http://perso.orange.fr/flore.montagne/orchidees.htm (un lien très intéressant !)

 

 

 

Voici maintenant une pollinie entière au microscope, objectif faible.
(photo Helicon et mosaïque de deux images)
La base de la pollinie est très gluante, le but étant de se coller aux insectes pour le transport du pollen (de la pollinie).

Photo 6
(l'échelle est approximative)

 

Pour la suite, voici mon protocole :
Pose de la pollinie sur une lame, bain d’alcool 70° et dilacération légère de la pollinie dans celui-ci.
Bain de liquide glycériné
Montage à la GG + fuscine basique en écrasant un peu la préparation.

Une première photo.
Il s’agit ici d’un bord d’un des "petits sacs" de la pollinie (lobules) que l’on pouvait observer sur la photo 6
Les tétrades sont bien visibles.
Celles-ci sont fortement réticulées !

Photo 7

 


Une tétrade isolée
On peut observer quelque chose qui ressemble à des noyaux … ou des apertures ???
Photo 8

 


Une focalisation sur l’éxine
Photo 9



Lexique :

Tétrade
Le pollen est libéré à l’état de tétrades quand, une fois formés, les grains de pollen sont disposés en quatre paquets correspondant à la disposition tétraédrique des quatre méiospores.

L'anthère
est la partie terminale de l'étamine, organe mâle de la fleur, qui produit et renferme le pollen.

Exine
Paroi externe et résistante d'un grain de pollen

 

Fin ...

RetourRetour Histologie végétale
   
   

[ Haut de page ] - [ Accueil ] - [ Histologie ] - [ Base micro ] - [ Galerie ] -
Tous droits réservés pour tous pays © Christian Aubert : 2004-2017
Développement (Php-MySql-Html): Christian Aubert